top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLauriane Negron

Femme Ocean, le film qui met en avant le combat des surfeuses

Raconter les femmes et leurs combats pour s'imposer dans un monde d'hommes, dans des pays où la culture surf n'est pas encore très ouverte aux surfeuses. Retracer leurs parcours, leurs initiatives et découvrir leurs histoires. C'est ce que propose Annika von Schütz, une surfeuse originaire d'Allemagne, réalisatrice du film Femme Ocean. Pour elle, le surf est un outil, un levier qui peut permettre aux femmes de s'émanciper et de s'imposer.



  • Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m'appelle Annika von Schütz, j'ai 35 ans et je viens d'Allemagne. Actuellement, je travaille pour différents festivals de cinéma au Portugal et en Autriche et en tant que professeur de yoga et de danse.


  • Peux-tu nous présenter le film que tu as réalisé ?

Dans Femme Ocean, les surfeuses brisent les conventions pour aller vers le chemin des vagues à travers le monde. Plusieurs histoires se mêlent : celle de Teresa Ayala qui a commencé à surfer il y a 44 ans sur la côte portugaise, là où il n'y avait que des garçons dans l'eau. Celle de Joana Andrade, qui se bat pour son rêve de surfer sur de grosses vagues sur la plage de Praia do Norte à Nazaré, connue comme la plus grande vague du monde. Également originaire du Portugal, Lizzy transforme son amour pour le surf en art et sensibilise aux sujets environnementaux. Maryam El Gardoum, elle, est une pionnière du surf au Maroc et Sithmi Nawodya, est la fille d'un pêcheur. Elle est tombée amoureuse du surf dans l'une des premières écoles de surf mixtes du Sri Lanka. Chaque femme détaille son voyage unique sur les images de certaines des plus belles plages du monde. En fin de compte, ces surfeuses témoignent du lien unique entre les femmes et les marées qui les déplacent.


  • Qu'est-ce qui t’a donné envie de faire ce film ?

Femme Ocean est un documentaire sur les femmes dans le surf, où des femmes de tous horizons sont invitées à partager leurs expériences et à discuter du pouvoir du sport sur la vie. Parfois, j'ai voulu arrêter, mais il y avait le désir de faire entendre la voix de ces femmes du monde entier et de les inspirer, alors j'ai continué. Femme Ocean est fait pour les hommes et les femmes, mais surtout pour toutes les filles et les femmes. Retrouver sa force intérieure, ressentir la puissance de l'océan et transformer l'énergie des vagues pour défendre l'égalité.


  • Quelle est ta vision du surf féminin ? Qu'aimerais-tu changer ?

Ma vision est très positive. De plus en plus de femmes surfent et à très haut niveau. Elles sont mieux respectées et j'espère voir des athlètes féminines dans les médias plutôt que des mannequins de plage avec une planche de surf à la main. Cependant, cela ne compte que pour notre culture occidentale. En Asie ou au Maroc, elles doivent encore beaucoup se battre pour avoir le droit d'aller surfer. C'est un mouvement politique et il doit continuer.


Annika en train de surfer

  • Pourquoi est-ce que tu fais du surf ?

Je surfe parce que ça me fait me sentir vivante. C'est la sensation de sel sur mon visage, les couleurs toujours changeantes de la mer sous moi, le caractère unique de chaque vague, la forte amitié que j’ai avec l’océan, basée sur l'amour du surf. Il remplit mon cœur de plaisir, mon esprit d'aventure et de calme et mon corps parfois de cicatrices. C'est une histoire d'amour toujours en cours.


  • Quels sont tes projets à venir ?

Je viens de terminer un nouveau court métrage intitulé « El Alma ». Il s'agit des différentes générations de fabricants de planches de surf. Ca parle des pionniers du surf basque et de l'amitié. La première aura lieu le 9 juillet à Anglet au Surf Film Festival et le 23 juillet au Portuguese Surf Film Festival à Ericeira.

59 vues0 commentaire

Comments


bottom of page